The Darkness - Pinewood Smile

62 vues

The Darkness - Pinewood Smile


Sortie le 06 Octobre 2017

 

Mic, le 19/10/2017

 *All The Pretty Girls
*Buccaneers Of Hispanade
*Solid Gold
*Southern Trains
*Why Don’t The Beautiful Cry ?
*Happiness

 

Les délurés de chez The Darkness sont de retour pour une ambiance toujours aussi déjantée, à l’allure rock punk soap opéra.
La bande à Hawkins rempile pour un 5ème album, et ça déménage… comme disait on dans les années 90 !

Sourire bright édenté, les membres à freluches de The Darkness sont toujours au rendez-vous.
Énergie redoutable, voix castratrice, guitares explosives, clips fous fous fous, Pinewood Smile explose en bouche dès les premiers riffs du premier titre « All The Pretty Girls ».

Rien de bien nouveau sous la brume britannique, hormis toujours cette envie de chasser les nuages et de nous pousser sous le soleil brûlant californien, le groupe nous emmène une fois de plus dans leur folie.
Celle d’appuyer sur la pédale, fenêtres ouvertes et cheveux au vent (c’est dingue comme cette année, musicalement parlant, le fameux été indien fait un bien fou pour nos oreilles !)

Il en va des titres « All The Pretty Girls », « Buccaneers Of Hispaniola », « Solid Gold » et « Southern Trains » qui restent dans la même lignée.
Le quatuor envoie la sauce dans les enceintes, et on se prend une belle giclée dans la gueule (pour les amateurs de bukkake..classe !) .
Du coup c’est hyper jouissif, si on aime … le groupe, c’est même ce qu’il y a de plus kiffant chez eux. Et souvenez-vous, j’en parlais ici un certain soir de Novembre 2015 !

Rassurez-vous ou pas, ça ne durera pas…
Dès le 5ème titre, « Why Don’t The Beautiful Cry? », pour les plus frileux, une escale romantique s’impose, comme une ballade qui s’organise lentement tout en douceur en faisant résonner les cordes sur un petit solo tout mignon.
Comme on parle de The Darkness quand même, ceux qui « s’associent » à des groupes comme Aerosmith, Thin Lizzy, ou encore Queen, la trêve ne durera pas, même si on sent comme une autre approche (qui n’est pas déplaisante, ni nouvelle) sur cette deuxième partie de disque.
On accroche ou pas… pour moi c’est choisi, d’où ma sélection de chansons conseillées plus haut, qui met donc en avant la première partie de cet opus.

Certes « Japanese Prisoner Of Love » fera bouger de là où il est un orteil de Sir Freddie Mercury et croyez-moi ce n’est pas péjoratif du tout.
« Lay Down With Me, Barbara » s’embourbe un peu et décolle un peu trop tardivement.
Pas emballé par « I Wish I Was In Heaven » non plus…
Ce qui m’amène vers une fin d’album, plus pop rock voir punk (genre Blink 182, je trouve… ne me tapez pas s’il vous plaît !) sur « Happiness » et son côté holidays punk skater boy que j’aime beaucoup !
Pour finir sur une bien belle ballade d’un amour qui part à vau l’eau (expression des années 1900), « Stampede Of Love », titre qui s’embellit sous forme de rock parade opéra en fin de chanson… ah non, en fait c’est plutôt gros bordel rock à la fin !

The Darkness suit le fil et son style depuis bien des années, sans jamais décevoir, avec des titres hauts en couleurs, de bons goûts et sous forme d’hommage parfois, ils se tiennent à cette rigueur de proposer de bons morceaux sans chichi, sans grands changements et finalement c’est toujours aussi rock, de qualité et vachement cool !

Un sourire qui ne s’efface que très peu sur ce 10 titres maîtrisés.
Enjôleur et charismatique en live, la bande à The Darkness le fait avec classe et montre une fois de plus ses plus belles dents et cette fois c’est la cinquième !
Pourvu que ça dure…


Merci à EPHELIDE pour l’album

Radio Zig Zag

© Tous droits réservés / All rights reserved Radio Zig Zag

dansmonshazam