Noel Gallagher’s High Flying Birds - Who Built The Moon ?

31 vues

Noel Gallagher’s High Flying Birds - Who Built The Moon ?
Sortie le 10 Novembre 2017

 Mic, le 02/12/2017

 

*Fort Knox
*Holy Mountain
*Keep On Reaching
*She Taught Me How To Fly
*Be Careful What You Wish For
*Black & White Sunshine
*Dead In The Water

 

Cette semaine, je tente le grand saut vers l’inconnu, la plongée qui me rappelle des souvenirs dans la voix, mais pas forcément dans le style musical.
Le dernier album de Noel Gallagher et son crew des High Flying Birds.
J’ai écouté, et c’est sans grande excitation, après moultes réflexions, que j’ai décidé de mettre quelques lignes à tes yeux pour t’immiscer dans cet opus.

« Who Built The Moon ? » divise là où d’autres crient au génie !
Les premiers mots qui me viennent au clavier, sont : fouillis, orchestrales et chœurs pompeux, bordélique et petit manque de rock britain.
Mais il a osé, et c’est inspiré, qu’il offre tout de même un album coloré.
Oasis pas Oasis, Noel sans Gallagher, comme Noel sans les boules, bref on aime où on n’aime pas, je préfère trancher direct dans ce 12 titres et te parler de ce qu’il me plaît dedans en te sélectionnant ce qui est pour moi le meilleur.

Premier titre qui introduit d’une belle manière la touche rock et puissante de tout Gallagher qui se respecte. Cette instrumentale énergique, pop, alarmante et stressante se prénomme « Fort Knox ».
« Holy Moutain » qu’on connaît déjà bien ferait partie des meilleurs titres de l’opus, avec une belle énergie vintage, psychédélique et un brin punk.
« Keep On Reaching » le troisième titre sonne plutôt bon également, les cuivres lancés sur les couplets-refrains illustrent une mélodie répétitive et efficace.
Les ennuis commencent ensuite, en expérimentant le genre « éclectique », on passe surement à côté de certains titres trop lourds à digérer, trop criards et chargés en instruments.
Du genre à l’appel, on peut apprécier le côté disco, funky du titre « She Taught How To Fly », mais sa longueur et ses répétitions saccadées sont encore de trop.
Mais comme ça reste rock on se dit OK pourquoi pas.
Ballade pop, beaucoup trop répétitive également, mais agréable dès les premières secondes, « Be Careful What You Wish For »
Un autre titre qu’on aurait aimé qu’il décolle un peu plus, « Black & White Sunshine » nous plonge dans une britpop au riff, encore une fois un peu répétitif, les violons viendront donner un petit plus, sans grande saveur, mais le refrain reste positif dans la lignée d’un Gallagher, Noel du nom.
« If Love Is The Law », apporte son côté Gainsbourg (comme il a été souligné par d’autres journalistes), dans son rythme, et son paysage western.
Autre paysage apocalyptique et terriblement western « The Man Who Built The Moon ». Un titre qui apparaîtrait bien dans un générique de fin d’un film de SF, de thriller, ou post-apocalyptique, l’exercice est plutôt réussi dans l’ambiance ciné, horrifique, mais on en restera là…
Enfin pas tout à fait, un titre bonus qui suscite l’intérêt arrive en toute fin. Comme une pause à ces mélodies surprenantes, pas toujours réussies pour les oreilles pures, ce titre tombe bien. Guitare piano voix, tout simplement, c’est tout naturellement qu’on se dit « Mais merde, c’est ça qu’on aime mec !, ‘aurais du commencer par là ! »

Une inspiration hip-hop que l’on retrouve grâce au producteur et DJ David Holmes, un mélange coloré certes, beaucoup de styles sont testés sur cet opus, Noel Gallagher voulait non pas faire du Oasis (comme peut le faire son frère Liam) et il le prouve sur celui-ci,.
Aérien sur les interludes (aux nombres de trois) et sur notamment le titre hors cadre « It’s A Beautiful World ».
Complexe dans ses choix musicaux, pas très accrocheur certes, mais il faut admettre et en rendant à Gallagher ce qu’est à Gallagher, il aura tenté beaucoup de choses en se renouvelant sur cet opus, en prenant des risques, en se ré-inventant un style qui ne plaira pas à tout le monde, il fait parler de cet opus souvent avec brio, la critique n’est pas que négative, la preuve je vous conseille d’y prêter une oreille et il sera à vous de trouver votre bonheur dedans…

Bonne écoute !

Radio Zig Zag

© Tous droits réservés / All rights reserved Radio Zig Zag

dansmonshazam