Last Train - Weathering

624 vues

Last Train - Weathering
sortie le 7 Avril 2017

Mic le 17 avril 2017


* Never Seen The Light
* Jane
* Between Sounds
* Fire
* Way Out
* House On The Moon
*Time
* Weathering

    Un album qui décoiffe, des artistes français qui envoient.
    Je ne devrais plus te les présenter, tellement ils sont présents sur le site. Un article, au moindre riff qui sort de leur guitare et en voici un de plus pour leur premier album qui est sorti le 7 avril dernier.

Ils s’appellent Jean-Noel, Julien, Tim et Antoine. Le premier chante et joue de la guitare, le deuxième joue seulement de la gratte, le troisième de la basse et le dernier (forcément) de la batterie.
Premier titre, premier EP découvert sur le site, pour rappel c’était en octobre 2015, avec notamment ce titre, « Fire » :

 

Un deuxième E.P. sorti un an plus tard, avec le titre « Way Out », et également présent sur le site, ici :


Les Last Train proposent aujourd’hui un 12 titres maîtrisé, terriblement addictif à l’image de leur talent, agrémenté de nombreux instrumentaux qui prolongent les morceaux « Jane », « Fire », « Time » entre autres, construit dans un format musical non commun, fait de ponts, de pauses lentes, de montées en puissance, de rythmes ralentis ou rapides, où chaque instrument est mis en valeur, chaque note est à sa place, chaque son, chaque mot du chanteur est posé non pas au hasard mais pour mieux nous faire repartir, nous faire prendre conscience de la beauté du morceau parfois sombre et parfois mystérieux (je pense plus particulièrement à « Time ») .

Et parmi les 4 titres qu’on a pu découvrir dans les deux EP sortis précédemment (octobre 2015 et octobre 2016) présents sur l’album, se laissent apercevoir du rock pêchu et des riffs entraînants avec ces titres « Dropped By The Doves », « Never Seen The Light », « Between Sounds » et le premier single « Way Out ».

Puis en fin d’album, quelques ballades rock se font timides en début, pour mieux nous surprendre par la suite comme « House On The Moon » .
Le final se veut plus britpop, à la manière d’un « Gallagher » français, et dieu sait comme venant de ma part c’est un compliment, avec « Sunday Morning Son » qui doit faire retourner Oasis dans son égotrip.

Là où « Weathering » surprend c’est par son rock non conventionnel par la construction des morceaux, même si la structure rock et punk est présente et fait plaisir à entendre, il se démarque par ses transitions musicales et cette sensation permanente d’être dans un live plutôt qu’en studio est réelle, voir surprenante.
Un rock pur à l’état brut, généreux par ses nombreux solos, par sa durée (pas loin d’une heure) et ses titres libérés de toute électronique, de ses formats « couplet-refrain-couplet-refrain-pont-refrain », de ses 3 minutes 30 en radios…bref un vrai album pur qui fait du bien.

Il s’en est passé des choses entre ce premier E.P. « The Holy Family » sorti fin 2015 et ce mois d’Avril 2017, des tournées à s’en péter les guiboles, des premières parties de folie, avec entre autres celles de Muse et de Johnny Hallyday. Puis aujourd’hui, la promo à assurer, des lives à donner, on n’oublie pas que ces gars là ont la vingtaine et qu’ils placent la barre très haute dans le monde du rock progressif français.
Un chemin bien mené pour un premier album sans fausse note, sans fausse route et sur la voie du succès

Michael MARTINEZ
Retrouvez cet article sur dansmonshazam

© Tous droits réservés / All rights reserved

Radio Zig Zag