Gregory Porter - Nat « King » Cole & Me

431 vues

Gregory Porter - Nat « King » Cole & Me
Sortie le 27 Octobre 2017

 

 Mic le 09/12/2017

*Mona Lisa
*Smile
*When Love Was King
*The Lonely One
*Ballerina
*Sweet Lorraine
*The Christmas Song

 

Décembre, nous pare de son manteau blanc, il était enfin temps de vous présenter cet album hommage à Nat « King » Cole par le soulman Gregory Porter

Les hostilités sont lancées, la course aux jouets, les prémices du réveillon, les préparations hâtives des repas, vous savez déjà ce que vous faites le soir du 24 et le 25 à midi.
Vous êtes quasi prêt, il manque le principal, mais comme d’habitude on se contentera des dimanches pour faire nos emplettes.
Celui qui est prêt depuis déjà fin Octobre. Il est bien plus en avance que la parure lumineuse qui embellit nos villes depuis un bon mois déjà, Gregory Porter – le jazzman au bonnet – nous donne l’âme, la soul, et la puissance magique en reprenant quelques standards du King Nat Cole.

Avant toutes choses, pour mettre quelques petites choses au claire dans ta caboche, Nat King Cole c’est (entre autres) ça :

Mais Nat King Cole, c’est aussi des chansons terriblements soul, blues et jazz des années 1950 puis des reprises des Noël.
En somme, l’un des plus grands crooners de sa génération, avec de nombreux albums.

Gregory Porter a sélectionné de bien belles reprises très orchestrées. Trop peut-être par moment, mais font de ce 15 titres (dans sa version « Deluxe ») un beau mélange entre la musique classique et le jazz.
Puis la voix de sir Porter, reconnaissable, chaude et rassurante, transcende sur de nombreux titres.
En passant par le morceau qui démarre l’album « Mona Lisa », véritable bijou hérissant jusqu’au orteils. Et la pépite, originale signé Mr Porter himself « When Love Was King » fera augmenter le curseur de votre thermostat tant les frissons sont palpables.

Un changement assez perturbant, mais pour l’hommage elle était indispensable à l’album, le tube « L-O-V-E » swingue jazz, de courte durée et donne du peps à l’album.
Un intro faite de cuivres qui pourrait apparaîitre dans une film épique, « Miss Otis Regrets » s’éprend d’un piano amoureux de cuivres discrets pour nous essouffler dans une menace mystérieuse et effrayante en guise de refrain. Déroutant, voir même curieux mélange qui peut gêner à l’écoute, mais l’exercice et la maîtrise est d’une belle performante.
Performance que l’on retrouve sur tout le disque, majestueux à faire trembler les branches de ton sapin, avec par moment des sons un peu plus cocooning ambiance piano-bar très intime sur la deuxième partie de l’album avec notamment les titres (« When Love Was King », « The Lonely One », I Wonder Who My Daddy Is », « But Beautiful », « Sweet Lorraine », « For All We Know ») pour finir sur le thème du moment avec « The Christmas Song ».

Vous avez de quoi affiner vos préparatifs de Noël en toute sérénité, apaisé, avant la cohue et le gavage générale.
Une accalmie chez soi au chaud vous est proposé ici… Respirez, écoutez !

Bonne écoute !

 

Radio Zig Zag

© Tous droits réservés / All rights reserved Radio Zig Zag

dansmonshazam